lundi 15 avril 2013

"Belle Fontaine" La fontaine des filles à marier

Entre les avenues de Cully, Coulombs, Creully et le Bois, se trouve un vaste terrain vague, très accidenté qui rappelle les landes de Bretagne.
(Nous nous trouvons à la limite des terres de Lantheuil, coulombs et Creully; dans le bois dit du "Galletay")Au milieu de ce terrain, au fond d'un vallon, se trouve une source très claire qui alimente une fontaine pavée et voûtée, longue de sept mètres, large de trois, et peu profonde, connue sous le nom de «Belle-Fontaine».
On attribue à ses eaux la vertu singulière de faire marier dans l'année les filles qui vont à certains jours et heures s'y laver et s'y désaltérer. Ce pèlerinage clandestin est plus fréquenté qu'on ne le pense. Je n'étonnerai personne en di­sant que, malgré de nombreuses décep­tions, la foi ne faiblit pas. Si, malgré son pèlerinage, une fille se voit contrainte à coiffer Sainte-Catherine, e’est qu'elle a mal observé les rites.
Je me suis demandé quelle peut être l'origine de cette superstition, personne dans le pays n'a pu me renseigner. Voici une hypothèse. Au Moyen-Âge, les habitants de Vaux-sur-Seulles passaient par là le dimanche de la Trinité pour aller porter les deux tiers de leur dîme à l'ab­baye de Sainte-Trinité de Caen et rece­voir, en outre, un dîner copieux.
(les jeunes filles passaient par Le Bourgay, ancien hameau de Creully)
Or, l’endroit est très propice pour une halte, soit pour former, soit pour reformer le cortège. Rien de surprenant dans ce fait que les femmes et les filles profitaient de ce moment de repos pour réparer le dé­sordre de leur toilette et aient fait don­ner à cette source le nom de «Fontaine des Belles», d’où est venu «Belle Fontaine», nom qu'elle mérite à cause de la limpi­dité de son eau.
On y a trouvé une fois une jeune fille noyée, je suppose que c'est pour éviter d'autres malheurs qu'on a fait voûter la fontaine des trois côtés. Quant à la jeune fille, s’est-elle noyée par accident en voulant accomplir trop consciencieusement les rites, ou bien s'est-elle suicidée voyant l’inutilité de ses efforts ? C’est un secret resté au font de l'eau.
Texte de V.Leboucher retrouvé à la bibliothèque de l'université de caen.