mercredi 19 août 2015

LE BAILE DU CHATEAU DE CREULLY


LE BAILE DU CHATEAU DE CREULLY
Notice de M. le Chanoine Hergas paru dans un journal paroissial de Creully
  La place de Creully n'avait pas l'aspect qu'elle a maintenant, m'a dit plus d'une fois mon père. Au lieu des maisons qui en constituent actuellement le fond, sélevait un grand mur ; derrière ce mur était une terrasse plantée de tilleuls ; entre la terrasse et les fossés du château s'éten­dait un cimetière.
Les souvenirs du père de Monsieur Alix Marie semblent contredire ceux de mon père, alors que vraisemblablement ils les complètent ; lui a vu un petit mur à hauteur d'appui en réalité les deux murs existaient et bordaient un large fossé, le petit mur du côté de la place, le grand mur du côté du château ; et ce grand mur n'était autre que le mur du baile.


Qu’est-ce donc qu'un baile ?
C'est une enceinte fortifiée qui s’étendait au-devant ou tout autour de l'enceinte princi­pale. Tout château-fort de quelque importance avait son baile. C’était là que venaient se réfugier en cas d'alerte les habitants du voisinage.

Car il serait injuste de juger la féodalité uniquement d'après ses excès, Quand elle se constitua au Xème siècle, elle répondait à une véritable nécessité politique et sociale. Le château-fort fut avant tout le refuge et l'abri des faibles, et, comme l'a dit Fustel de Coulanges, le baron féodal était alors « le seul défenseur le seul espoir des hommes ».

Le château de Creully avait donc un baile, et l'importance de ce baile montre que le bourg devait avoir une population assez considérable. (Vers 1840, Creully comptait 1.500 habitants).

La face sud subsiste seule. Elle borde, vers le milieu de la côte, la route qui monte de la vallée jusqu'à l'église. On voit d'abord une grande tour, puis un mur élevé dont la pre­mière moitié est renforcée par de gros contreforts ; l'extrémité s'orne d'une échauguette assez récente.

A partir de cette échauguette commençait la face est. C'était le grand, mur, dont nous avons parlé et qui n'a été démoli qu’entre 1837 et 1839, lorsque Monsieur de Marguerye, propriétaire du château, vendit en sept lots les ter­rains de l'ancien cimetière, avec charge de construire les maisons sur un plan uniforme et de mettre un fronton à celle du milieu.

Jusqu’où s'étendait le baile ? Se reliait-il directement à l'angle nord-est du château ou en couvrait-il également la face nord ? Cette dernière hypothèse est probable, puisque, en creusant une tranchée pour conduire les eaux du bourg jusqu'à la Seulles, on a trouvé de çi de là les fondations d'un mur, qui avaient au moins un mètre d'épaisseur.

Ainsi, le baile aurait couvert trois des faces du château. Pour que son enceinte fût concentrique à l'enceinte princi­pale, elle aurait dû exister également sur la face ouest, du côté de la vallée. Or, de ce côté, règne un mur assez bas qui borde la route actuelle jusqu'à l'entrée du pont et se prolonge, démoli aux trois quarts, jusque vers l'angle nord- ouest du château.

Etant donné que le niveau de la route a été relevé lorsqu’ont été construits le bief et le moulin, on peut se demander si la moitié de ce mur n'est pas cachée par le remblai. Si mon hypothèse était vérifiée, il partirait du niveau même de la vallée et aurait plongé sans nul doute dans un fossé, alimenté par une dérivation de la rivière. Dans ce cas, le baile aurait entouré complètement le château et celui-ci aurait présenté sur cette face trois ordres de dé­fense superposés:
-1° le fossé et cette première muraille;
-2° les remparts mêmes du château;
-3° le donjon carré, dont deux étages s'élevaient au-dessus de la terrasse.

Ce ne sont que des hypothèses; la dernière même, je l'avoue, est un peu osée, mais qui sait ?... Le vieux château de Creully est loin d'avoir livré tous ses secrets, et ses amis doivent souhaiter que quelque archéologue éminent soit ame­né à y faire de sérieuses recherches.
 
Baile, BayleBAILE1, BAYLE1, subst. masc.
  Fortification. Au Moyen Âge, terrain clos par le (ou les) mur(s) d'enceinte d'un château, d'une forteresse