vendredi 27 décembre 2013

mardi 24 décembre 2013

samedi 21 décembre 2013

Recevez mon cadeau de fin d'année...

Je vous offre pour ces fêtes de fin d'année 4 représentations graphiques: le château vu de la Seulles, le donjon, les écuries et le château de Creullet (format 15 x 10cm - papier photo).
Par mail à j-p.barette@wanadoo.fr indiquez votre adresse postale.
 

Les écuries, le donjon et les remparts du château de Creully


vendredi 20 décembre 2013

Le lieutenant-général DECAEN: fils de Creully?

Un annuaire biographique datant de 1834 présente le lieutenant-général Charles Mathieu Isidore DECAEN comme un enfant de Creuilly (Creully).
Je reproduit ci-dessous ce texte.

Charles Mathieu Isidore Decaen ( N., comte ), lieutenant-général, grand-officier de la Légion-d'Honneur, élève et compagnon de Kléber et de Moreau, naquit en 1769, d'un aubergiste de Creuilly, près de Caen. Enrôlé comme volontaire, il arriva progressivement à des grades élevés.

Les armées du Rhin, d'Angleterre et du Danube; les Indes, où il alla en 1802 administrer les établissements français; la Catalogne, dont il fut gouverneur général; les 11e et 10e divisions militaires, qu'il commanda en 1813 et 1814, peuvent témoigner, et de sa valeur dans les combats, et de ses talents dans l'administration. Le recueil des lois qui régit les îles de France et de Bourbon portent encore le nom de Code Decaen.
Traduit devant un conseil de guerre à son retour des Indes, pour avoir livré aux Anglais ces mêmes îles le 2 décembre 1810, il fut acquitté.
Son zèle pour Bonaparte, qui lui fit accepter la mission de marcher contre Bordeaux, où le duc d'Angoulême était entré en mars 1814, causa sa disgrâce.

Enfermé à l'Abbaye à Paris, mis à la demi-solde, et enfin à la retraite, il ne reparut qu'à la révolution de juillet. On le nomma président de la commission de législation coloniale, ainsi que de la commission chargée d'examiner les réclamations des officiers éloignés de l'armée sous la restauration; mais il se retira bientôt, et une apoplexie foudroyante l'enleva le 11 septembre 1832, à Montmorency. Il était âgé de 63 ans.


D’autres historiens démentirent le fait de sa naissance à Creully. Pour eux il est né à Caen. Ils ont raison à en croire l'acte de baptême  ci-dessous trouvé aux archives départementales.

mercredi 18 décembre 2013

Château de Creully - Un croquis inédit.

Croquis de Lambert Charles Edouard datant du 28 mai 1836 conservé à la bibliothèque nationale d'histoire de l'art. Ce dessin se trouve dans un carnet de croquis et notes sur les monuments de Normandie.

dimanche 15 décembre 2013

1816 - Le château de Creullet est à louer.



Nous remarquons sur le plan cadastral de 1811 ci-dessus une autre configuration des bâtiments qu'actuellement.

mardi 10 décembre 2013

Autour de la droguerie Lemars de Creully - Fin des années 40.

Un grand merci à Réné Lemars pour ces photos.






lundi 2 décembre 2013

Creully - Visite de la charpente des écuries

Je vous propose de visiter la charpente des écuries du château (maintenant maison du gardien).

samedi 16 novembre 2013

Les de Sillans, Barons de creully, et les plus flatteuses de leurs alliances.


Nous devons aux premières années du XVIIe siècle la construction des communs du château de Creully (écuries) dont la façade et les voûtes d'arête atteignent un tel degré d'équilibre et de perfection qu'un éminent critique a cru pouvoir apparenter cette bâtisse avec la partie ancienne du château de Chantilly. C'est à la même époque que paraissent se rattacher les voûtes d'arête très surbaissées de la salle des gardes.
La clef de voûte de la première travée des communs est ornée d'armoiries où le baron Antoine III de Sillans, à qui est due la construction, a cru devoir rappeler les plus flatteuses de ses alliances.


Ce blason est écartelé.





Au 1 figurent les armes des Sillans devenus barons de Creully, en 1512, par suite du mariage de Jean de Sillans avec l'héritière de cette seigneurie.












Au 2 se trouvent alliées ces mêmes armes à celles de Rohan par suite du mariage contracté en 1602 par Antoine III et Sylvie de Rohan, fille de Louis de Rohan, prince de Guémené.










Au 3 sont accolées les armes de Joachim Sanglier à celles de Jeanne de Montmorency-Laval, mariés au début du XVIe siècle et dont la petite-fille, Antoinette Sanglier, devait épouser, en 1597, Antoine II de Sillans, baron de Creully.








Enfin, on voit au 4 les armes des Sillans jointes à celles des Montmorency, pour commémorer le mariage du plus anciennement connu des Sillans, Gilbert, avec Alix de Montmorency qui remonte à la fin du XIIIe siècle.

Le dessin au début de cet article est l'oeuvre de Gérard Michel, architecte.
Texte rédigé à partir d'un document des archives nationales écrit par M. Guilbert, châtelain du château de creully au début du XXe siècle.


mercredi 13 novembre 2013

Creully - mai 1969 - incendie rue de Bretteville


Peu avant 6 heures du matin, mercredi, un incendie s'est décla­ré route de Bretteville à

Creully, dans un bâtiment appartenant à M. Christian Daniel, ouvrier d'en­tretien à l'O.R.T.F.

Cette ancienne maison d'habitation avait été transformée en garage et en grenier.
A l’intérieur se trouvaient une automobile, trois cyclomoteurs et de l’outillage.
Les pompiers de Creully arri­vèrent sur les lieux, et ils réus­sirent à évacuer une citerne de fuel contenant une assez grande quantité de carburant.
Mais trois habitations appartenant à Melle Etiennemare et à MM. Lelièvre et Lefrançois furent touchées.
 
Les pompiers ont pu venir à bout de cet incendie.
On pense qu'il aurait été provoqué par un feu de papiers mal éteint.
Les dégâts sont évalués à 15.000 F.
 
 
 
 
 
 
 

 

jeudi 7 novembre 2013

Cérémonie de communion de 1958 à Creully

Heureux de retrouver des copains et copines sur cette photo.


mardi 5 novembre 2013

La colonne du parvis de l'église Saint Martin de Creully.

Texte trouvé dans un ouvrage de 1836 concernant la colonne construite sur le parvis de l'église Saint Martin de Creully. (1836)
 




jeudi 24 octobre 2013

Les pompiers de Creully devenus croque-mort

En févier 1982, la petite commune d'Amblie fut le cadre de graves inondations.
Il a fallu faire appel aux pompiers de Creully pour transporter le cercueil d'un défunt. Dans la nuit, la Thue avait quitté son lit.

dimanche 20 octobre 2013

Au château de Creully, des salles remarquables...

SÉANCE DU VENDREDI 4 DÉCEMBRE 1931

Présidence de M. le Dr GOSSELIN, ancien Président

 
(Extrait du compte-rendu de séance)

Le château de Creully était au XIIe siècle un des plus im­portants de Basse-Normandie, avec ceux de Caen et de Falaise. Ils comportaient tous trois une vaste enceinte en­tourée de tours, sur un côté de laquelle était un grand don­jon rectangulaire. Ce donjon, bien conservé à Falaise, a disparu à Caen, et a été très remanié à Creully.
Les châteaux de Caen et de Creully présentent, en outre, l’intérêt d'avoir conservé de grandes salles romanes qui sont, pour l'histoire de l'architecture civile aux XIe et XIIe siècles, des œuvres aussi rares que remarquables. A Caen, c'est l'ancienne salle de l'Echiquier de Normandie, qui doit remonter à la fin du XIe siècle et nous fournit un magnifique exemplaire d'architecture civile dans le premier style roman de Normandie, à une époque où l'art de voûter les édifices est encore imparfaitement connu des constructeurs normands et où la décoration sculptée reste assez primitive.
A Creully, la grande salle basse, qui forme aujour­d'hui les caves du château, est une construction grandiose du XIIe siècle. Les Normands savent alors couvrir leurs édi­fices de puissantes voûtes d'ogives, comme celles qui ont été ajoutées après coup sur la nef dans les églises de Saint-Etienne et de la Trinité à Caen; mais l'architecture et la décoration restent par ailleurs entièrement romanes, celle-ci devenant, au reste, plus riche qu'à l'époque précédente et se caractérisant, en particulier, par l'emploi des chapiteaux à godrons ou à entrelacs.
Il y a ainsi à Creully deux salles se faisant suite, couvertes de quatre et de cinq puissantes croisées d'ogives sur plan barlong. Ces salles sont en con­trebas par rapport au sol actuel, à l'intérieur de l'enceinte du château, mais elles dominent à l'extérieur de très haut la vallée de la Seulles, vers laquelle elles s'ouvrent, à tra­vers le mur de l'enceinte, par une série de fenêtres enca­drées de colonnes à chapiteaux godronnés et pourvues laté­ralement de bancs ou l'on pouvait s'asseoir.
Au château voisin de Fontaine-Henri, il subsiste, sous l'édifice actuel de la Renaissance et dans une situation un peu analogue, une autre salle basse magnifique, également voûtée d'ogives et qui sert, elle aussi, maintenant de cave. Cette salle est un peu plus récente que celle de Creully, et ses voûtes présentent un curieux mélange de fidélité à la tradition locale et de caractères nouveaux attestant l'in­fluence de l'architecture gothique de l'Ile-de-France, telle qu'elle se marque après le milieu du XIIe siècle dans plu­sieurs monuments religieux de Normandie.
Les châteaux de Caen, de Creully et de Fontaine-Henri nous ont ainsi conservé de très belles œuvres d'architecture civile, à trois moments de l'histoire de l'art normand qui ne sont en général connus que par des œuvres d'archi­tecture religieuse. Et parmi ces trois œuvres, la grande salle basse de Creully est un monument remarquable de l'épo­que, encore mal connue, où les architectes normands se sont montrés particulièrement originaux en inventant, sans doute, et en employant sur de larges espaces la voûte sur croisée d'ogives, avant d'avoir encore subi l'influence artis­tique de l'Ile-de-France.

vendredi 18 octobre 2013

Creully - Communion de 1937

En haut, le Père Lefrançois, curé de Creully.
Des visages que l'on reconnaîtra.......





jeudi 17 octobre 2013

Creully - Sur les pas de nos soldats de 14-18

Pour fêter le 100ème anniversaire de la déclaration de guerre de 1914, je viens de commencer des travaux de recherches sur l'itinéraire militaire des 20 "poilus" du monument aux morts de Creully.
Résultats l'année prochaine.
 

jeudi 10 octobre 2013

Creully - Représentation de la cène.

Représentation de la cène, le repas que Jésus-Christ prit avec ses apôtres.
Derrière l'ancienne grille et devant la maître autel de l'église de Creully
C'est au cours de ce repas que fut institué l'Eucharistie.
Photos années 1935-40?

lundi 7 octobre 2013

1938 - La communion solennelle dans l'église de Creully

Une photo rare  de la communion solennelle dans l'église Saint Martin de Creully en 1938 communiquée par madame Hébert.
Cette photo a été prise de la tribune de l'orgue.
 

samedi 5 octobre 2013

jeudi 26 septembre 2013

Le cimetière de la place de Creully - Découverte de sépultures - "Liberté de Normandie" du 19/04/1994

L'existence  d'un cime­tière médiéval près de l'é­glise de Creully est au moins connue depuis le XIXe siècle. Arcisse de Caumont était déjà venu fouiller et décou­vrir quelques tombes ainsi que des céramiques qu'il a ensuite utilisées dans ses cours. Des interventions ponctuelles du ser­vice départemental d'archéolo­gie ont permis d'en découvrir d'autres notamment en 1984 près du porche de la poste.
Photos de René Lemars
Suite à la demande de travaux de rénovation de la place Paillaud déposée par la mairie, un son­dage préventif a été réalisé en janvier par le service régional d'archéologie qui a révélé la pré­sence de structures archéologi­ques importantes, c'est-à-dire des restes du cimetière médiéval et de fondations d'anciennes maisons.

Profitant des travaux de décaissement de la place, Eric Broine et Eric Leconte, deux archéologues de l'association des Fouilles Archéologiques Nationa­les (AFAN), ont travaillé sur le site pendant deux semaines sous la direction scientifique du ser­vice régional d'archéologie et du ministère de la Culture. Du côté de l'église et de la crêperie, les fouilles n'ont pas donné grand-chose, le remaniement de la place au XIXe siècle ayant pro­fondément bouleversé les cou­ches archéologiques. A l'autre extrémité de la place, côté hôtel, le sol archéologique en place n'a pas été atteint. Mais des tombes ont été localisées et reportées sur un plan pour faciliter la reprise des fouilles dans un avenir plu­tôt lointain que proche.

Par contre, au centre de la place, sur un espace de 8 mètres sur 40, une cinquantaine de sépultures ont été localisées. Les tombes sont creusées dans le sol calcaire naturel, recouvertes de dalles, et sont toutes orientées tête à l'Ouest et pieds à l'Est ce qui est caractéristique du Moyen-Age. La présence de ce cimetière n'est pas surprenante, c'est l'époque où le christia­nisme se développe, où les cime­tières ruraux sont abandonnés pour se concentrer autour des églises. De plus l'église de Creully est dédiée à Saint Mar­tin, le saint évangélisateur par excellence en Normandie.
Un échantillonnage de sépul­tures a été plus précisément fouillé afin de connaître un peu plus les modes d'inhumation et de trouver des éléments permet­tant une datation plus précise. Des ossements ont été exhumés pour étude scientifique. Les archéologues se sont félicités de la collaboration de la mairie et de la compréhension de l'entre­prise de travaux publics Hervé.