mardi 30 avril 2013

Creully - Le four à pain des anciennes halles

Les anciennes halles, construites par un baron de Creully, Antoine III de Sillans (1578 - 1641) vers le début du XVIIe siècle.
Elles sont toujours présentes (hôtel Saint Martin)
Le four à pain dans le sous-sol des anciennes halles

dimanche 28 avril 2013

vendredi 26 avril 2013

1898 - Une dentelière tuée sur la place de Creully

Juillet 1898

La veuve Fouchaux, 74ans, dentellière habitante à Creully, traversant la place de ce bourg, a été renversée par la voiture du sieur Blouet, boucher, conduite au petit trot par son domestique, le jeune Roger.

Relevée aussitôt par des témoins de l'accident, la pauvre vieille, qui était complètement sourde et avait l'habi­tude de marcher au milieu de la chaussée, n'a pas tardé à expirer.

jeudi 25 avril 2013

mercredi 24 avril 2013

US Creully - L'équipe de football.

Malheureusement je n'ai pas l'année. Si un internaute l'a, qu'il me passe l'info.
Merci Myriam

lundi 22 avril 2013

Creully - Normandie - Aurore boréale....

Février 1872
Creully a eu dimanche soir le spec­tacle d'une aurore boréale, ou, pour dire plus exactement, d'une aurore polaire.
A six heures, après avoir passé par leurs phases ordinaires de mobilité et d'éclat di­vers, deux colonnes éblouissantes, sillonnées de traits de feu jaune et pourpre, se sont réunies au zénith, pour y former une cou­ronne, dont l'aspect a semblé donner raison à ceux qui soutiennent cette opinion, que ce météore est dû à la matière magnétique qui s'enflamme comme de la limaille de fer.
On eût dit qu'un obus gigantesque venait d'éclater à des espaces incommensurables, et alIait couvrir la terre de ses débris.
Puis les plis du météore, obéissant au mouvement de rotation de l'atmosphère qui les entraînait, prirent des nuances plus sombres, et finirent par disparaître, pour ne plus lais­ser dans le nord qu'un immense rideau de pourpre, qui, à minuit et demi, avait entière­ment disparu.
Comme de juste, ce phénomène météoro­logique a donné lieu aux commentaires les plus étranges, car une croyance populaire veut que le retour de ce phénomène soit l'annonce d'un événement important.
-          C'est signe de mort, disaient les uns.
-          C'est signe de sang; c'est signe de re­vanche, disaient les autres.
A l'avenir de se prononcer.

samedi 20 avril 2013

1970 - D'Estoc et de taille - Spectacle son et lumière au château de Creully

Les habitants de Creully étaient les acteurs.



Souvenirs de Myriam



vendredi 19 avril 2013

Creully - La ferblanterie Paillaud

La direction de la laiterie a décidé de fabriquer les boites de lait en fer blanc avant de conditionner le lait (sucré ou non).Années 60-70


Merci à Louis Moser pour les photos

mercredi 17 avril 2013

lundi 15 avril 2013

"Belle Fontaine" La fontaine des filles à marier

Entre les avenues de Cully, Coulombs, Creully et le Bois, se trouve un vaste terrain vague, très accidenté qui rappelle les landes de Bretagne.
(Nous nous trouvons à la limite des terres de Lantheuil, coulombs et Creully; dans le bois dit du "Galletay")Au milieu de ce terrain, au fond d'un vallon, se trouve une source très claire qui alimente une fontaine pavée et voûtée, longue de sept mètres, large de trois, et peu profonde, connue sous le nom de «Belle-Fontaine».
On attribue à ses eaux la vertu singulière de faire marier dans l'année les filles qui vont à certains jours et heures s'y laver et s'y désaltérer. Ce pèlerinage clandestin est plus fréquenté qu'on ne le pense. Je n'étonnerai personne en di­sant que, malgré de nombreuses décep­tions, la foi ne faiblit pas. Si, malgré son pèlerinage, une fille se voit contrainte à coiffer Sainte-Catherine, e’est qu'elle a mal observé les rites.
Je me suis demandé quelle peut être l'origine de cette superstition, personne dans le pays n'a pu me renseigner. Voici une hypothèse. Au Moyen-Âge, les habitants de Vaux-sur-Seulles passaient par là le dimanche de la Trinité pour aller porter les deux tiers de leur dîme à l'ab­baye de Sainte-Trinité de Caen et rece­voir, en outre, un dîner copieux.
(les jeunes filles passaient par Le Bourgay, ancien hameau de Creully)
Or, l’endroit est très propice pour une halte, soit pour former, soit pour reformer le cortège. Rien de surprenant dans ce fait que les femmes et les filles profitaient de ce moment de repos pour réparer le dé­sordre de leur toilette et aient fait don­ner à cette source le nom de «Fontaine des Belles», d’où est venu «Belle Fontaine», nom qu'elle mérite à cause de la limpi­dité de son eau.
On y a trouvé une fois une jeune fille noyée, je suppose que c'est pour éviter d'autres malheurs qu'on a fait voûter la fontaine des trois côtés. Quant à la jeune fille, s’est-elle noyée par accident en voulant accomplir trop consciencieusement les rites, ou bien s'est-elle suicidée voyant l’inutilité de ses efforts ? C’est un secret resté au font de l'eau.
Texte de V.Leboucher retrouvé à la bibliothèque de l'université de caen.

mercredi 10 avril 2013

Juin 1905 - Collision contre un facteur de Creully


 Le sieur Delahaye venait, un matin, à bicy­clette, prendre son service au bureau de poste de Creully, où il est facteur intérimaire.
En descendant une rue du bourg, il renversa une dame Planchon et lui-même fut projeté violem­ment sur le sol où il resta étendu sans connaissance. Son état est grave.
De son côté, la dame Planchon, qui a eu de fortes éraflures aux mains, se plaint de douleurs internes.

jeudi 4 avril 2013

Creully 1954 Ma cousine des halles

MA COUSINE DES HALLES.
Les halles de Creully transformées en salle des fêtes
Un dimanche d’octobre 1954, en matinée et en soirée, «Les Comédiens Vagabonds» de Creully nous ont présenté «Ma Cousine des Halles», une comédie en 3 actes d’André Bisson et Edge Trémois.
La troupe de la coopérative scolaire et postscolaire s'est surpassée.
Le rôle principal, la Baronne du Pignon de Belle Espine, était tenu par Elisabeth Collet qui sut camper un personnage hau­tain à souhait. Son mari, Godefroy du Pignon était personnifié par Paul Rambert, baron honnête, au caractère tour­menté entre une baronne irré­ductible et un fils, Jean, qui, de façon désinvolte, s'abandonne au charme de la vie moderne. Ce rôle de Jean du Pignon était tenu par le jeune Maurice Jamin qui affrontait pour ainsi dire les feux de la rampe pour la première fois ; il se tira de sa lourde tâche avec une aisan­ce étonnante pour un débutant.
Dieudonné, le domestique des du Pignon, rôle tenu par Jean-Claude Carabeufs, fut di­gne dans ses fonctions de servi­teur. Pierre Pinchon, Théodore hilarant au possible fut, sans conteste, avec la Baronne, un des meilleurs de l'équipe. Hortense Lamotte, rôle très bien tenu par Suzanne Lechasles. Quant à Antoinette Lamotte, ce rôle délicat fut bien tenu par Madeleine Collet qui sut nuancer ses expressions. Enfin le huitième rôle était tenu par un vrai débutant qui, lui, n'avait jamais paru sur une scène: Jean Rideau. Il se tira avec délica­tesse de son personnage in­grat.
Ainsi donc, cette, séance fut un magnifique succès théâtral pour cette joyeuse équipe de jeunes. Ils peuvent être satis­faits d'avoir parfaitement réus­si dans la tâche qu'ils s'étaient donnée. Il est simplement dom­mage qu'à l’une et l'autre séan­ce le public ne répondit pas as­sez nombreux aux invitations reçues. Nos jeunes ne se tien­nent pas pour battus pour au­tant ; ils savent que la saison était déjà trop avancée, et ils s'apprêtent à reproduire ce spectacle à la rentrée d'octobre Nous ne pouvons que les féliciter.

Creully 1954 Ma cousine des halles

MA COUSINE DES HALLES.
Les halles de Creully transformées en salle des fêtes
Un dimanche d’octobre 1954, en matinée et en soirée, «Les Comédiens Vagabonds» de Creully nous ont présenté «Ma Cousine des Halles», une comédie en 3 actes d’André Bisson et Edge Trémois.
La troupe de la coopérative scolaire et postscolaire s'est surpassée.
Le rôle principal, la Baronne du Pignon de Belle Espine, était tenu par Elisabeth Collet qui sut camper un personnage hau­tain à souhait. Son mari, Godefroy du Pignon était personnifié par Paul Rambert, baron honnête, au caractère tour­menté entre une baronne irré­ductible et un fils, Jean, qui, de façon désinvolte, s'abandonne au charme de la vie moderne. Ce rôle de Jean du Pignon était tenu par le jeune Maurice Jamin qui affrontait pour ainsi dire les feux de la rampe pour la première fois ; il se tira de sa lourde tâche avec une aisan­ce étonnante pour un débutant.
Dieudonné, le domestique des du Pignon, rôle tenu par Jean-Claude Carabeufs, fut di­gne dans ses fonctions de servi­teur. Pierre Pinchon, Théodore hilarant au possible fut, sans conteste, avec la Baronne, un des meilleurs de l'équipe. Hortense Lamotte, rôle très bien tenu par Suzanne Lechasles. Quant à Antoinette Lamotte, ce rôle délicat fut bien tenu par Madeleine Collet qui sut nuancer ses expressions. Enfin le huitième rôle était tenu par un vrai débutant qui, lui, n'avait jamais paru sur une scène: Jean Rideau. Il se tira avec délica­tesse de son personnage in­grat.
Ainsi donc, cette, séance fut un magnifique succès théâtral pour cette joyeuse équipe de jeunes. Ils peuvent être satis­faits d'avoir parfaitement réus­si dans la tâche qu'ils s'étaient donnée. Il est simplement dom­mage qu'à l’une et l'autre séan­ce le public ne répondit pas as­sez nombreux aux invitations reçues. Nos jeunes ne se tien­nent pas pour battus pour au­tant ; ils savent que la saison était déjà trop avancée, et ils s'apprêtent à reproduire ce spectacle à la rentrée d'octobre Nous ne pouvons que les féliciter.

1936-37 - Les enfants de l'école de Creully

 

Je remercie Myriam Letellier pour l'envoi de cette photo

mercredi 3 avril 2013

L'équarrisseur de Creully mort contre un tramway


Le Journal de Bayeux - Septembre 1899

Voici quelques renseignements sur l'accident qui nous était signalé mardi, au moment de mettre sous presse.
M. Henri Tranquille Madeleine, équarrisseur à Creully, se trouvait, en carriole, à Sommervieu, quand son cheval, fort ombra­geux, eut peur du tramway qui arrivait et se jeta brusquement en travers de la voie.
Le mécanicien fit les plus grands efforts pour arrêter son train, mais en vain! La machine tamponna cheval et véhicule; par suite de la violence du choc, M. Madeleine fut projeté à plusieurs mètres de là. On le releva évanoui, le crâne fendu ; transporté à l'hos­pice de Bayeux, le malheureux y est mort hier matin, sans avoir repris connaissance.
Madeleine était âgé de 53 ans.