jeudi 26 septembre 2013

Le cimetière de la place de Creully - Découverte de sépultures - "Liberté de Normandie" du 19/04/1994

L'existence  d'un cime­tière médiéval près de l'é­glise de Creully est au moins connue depuis le XIXe siècle. Arcisse de Caumont était déjà venu fouiller et décou­vrir quelques tombes ainsi que des céramiques qu'il a ensuite utilisées dans ses cours. Des interventions ponctuelles du ser­vice départemental d'archéolo­gie ont permis d'en découvrir d'autres notamment en 1984 près du porche de la poste.
Photos de René Lemars
Suite à la demande de travaux de rénovation de la place Paillaud déposée par la mairie, un son­dage préventif a été réalisé en janvier par le service régional d'archéologie qui a révélé la pré­sence de structures archéologi­ques importantes, c'est-à-dire des restes du cimetière médiéval et de fondations d'anciennes maisons.

Profitant des travaux de décaissement de la place, Eric Broine et Eric Leconte, deux archéologues de l'association des Fouilles Archéologiques Nationa­les (AFAN), ont travaillé sur le site pendant deux semaines sous la direction scientifique du ser­vice régional d'archéologie et du ministère de la Culture. Du côté de l'église et de la crêperie, les fouilles n'ont pas donné grand-chose, le remaniement de la place au XIXe siècle ayant pro­fondément bouleversé les cou­ches archéologiques. A l'autre extrémité de la place, côté hôtel, le sol archéologique en place n'a pas été atteint. Mais des tombes ont été localisées et reportées sur un plan pour faciliter la reprise des fouilles dans un avenir plu­tôt lointain que proche.

Par contre, au centre de la place, sur un espace de 8 mètres sur 40, une cinquantaine de sépultures ont été localisées. Les tombes sont creusées dans le sol calcaire naturel, recouvertes de dalles, et sont toutes orientées tête à l'Ouest et pieds à l'Est ce qui est caractéristique du Moyen-Age. La présence de ce cimetière n'est pas surprenante, c'est l'époque où le christia­nisme se développe, où les cime­tières ruraux sont abandonnés pour se concentrer autour des églises. De plus l'église de Creully est dédiée à Saint Mar­tin, le saint évangélisateur par excellence en Normandie.
Un échantillonnage de sépul­tures a été plus précisément fouillé afin de connaître un peu plus les modes d'inhumation et de trouver des éléments permet­tant une datation plus précise. Des ossements ont été exhumés pour étude scientifique. Les archéologues se sont félicités de la collaboration de la mairie et de la compréhension de l'entre­prise de travaux publics Hervé.

lundi 23 septembre 2013

Le départ pour la louerie de la Saint Clair


La louerie de domestiques permettait aux paysans d'engager des ouvriers et servantes pour leurs travaux. Les domestiques louaient leurs services à l'année. Pour ceux qui étaient déjà placés ou ne changeaient pas de maître, le contrat de travail allait d'une Saint Clair à l'autre. A Creully, cela se passait le dimanche matin sur la place de l'église.
Ainsi voyait-on des jeunes filles quittaient la maison maternelle.


 Le départ pour la Louerie
- Surtout, reste ben en place.
- Oui, m'man.
- Satisfais ben tes maîtres.
- Oui, m'man.
Une larme pend aux cils roux de la fille rougeaude.         
La Toinette a eu seize ans aux Rogations.
Le père, tombé malade d'un chaud et froid, est mort l'automne que le gars est parti pour son sort. 
La mère s'est enfoncée une écharde sous le doigt et ne peut plus aller à ses journées.
- T'as-ty tout ce qui te faut ?
- Oui, m'man.
Et leurs bouches claquent le baiser d'a­dieu.
La Toinette embrasse toute la maison d'un regard mouillé: les deux lits à courti­nes, l'horloge, la table passée à la cire, boi­teuse, la cheminée avec sa crémaillère pen­dant comme une arête au-dessus des cendres froides ... et d'autres choses familières, avec lesquelles elle a toujours vécu.
Elle sort de sa poche un mouchoir à car­reaux, frais repassé, et sans le déplier, l'appuie sur sa bouche pour étouffer ses sanglots. Puis elle quitte la maison.
- Adieu, ma fille.
La Toinette se retourne et voit à travers ses larmes, sur le seuil de la porte, la mère pleureuse, vieillie sous sa bonnette ses jambes maigres dansant dans ses sabots.
- Adieu m'man.
Elle s'en va, ses hardes sous le bras, pro­prette avec sa jupe de droguet, ses souliers à clous, sa petite bonnette tuyautée ... elle s'en va vers la ville contant aux sentiers qui la connaissent sa douleur de les quitter.

vendredi 20 septembre 2013

(1958?) Les petits de l'école de Creully

Il est bien agréable de reconnaître des amis et amies.
 
 
 

mercredi 18 septembre 2013

Journal Télévisé Normand - Château de Creully

A voir ou revoir sur NORMANDIE TV

http://www.normandie-tv.com/Journal-Televise-Normand-Chateau-de-Creully_v4657.html
Florence ambassadrice de Creully

Bruno ambassadeur
 

lundi 16 septembre 2013

lundi 9 septembre 2013

dimanche 1 septembre 2013