dimanche 20 octobre 2013

Au château de Creully, des salles remarquables...

SÉANCE DU VENDREDI 4 DÉCEMBRE 1931

Présidence de M. le Dr GOSSELIN, ancien Président

 
(Extrait du compte-rendu de séance)

Le château de Creully était au XIIe siècle un des plus im­portants de Basse-Normandie, avec ceux de Caen et de Falaise. Ils comportaient tous trois une vaste enceinte en­tourée de tours, sur un côté de laquelle était un grand don­jon rectangulaire. Ce donjon, bien conservé à Falaise, a disparu à Caen, et a été très remanié à Creully.
Les châteaux de Caen et de Creully présentent, en outre, l’intérêt d'avoir conservé de grandes salles romanes qui sont, pour l'histoire de l'architecture civile aux XIe et XIIe siècles, des œuvres aussi rares que remarquables. A Caen, c'est l'ancienne salle de l'Echiquier de Normandie, qui doit remonter à la fin du XIe siècle et nous fournit un magnifique exemplaire d'architecture civile dans le premier style roman de Normandie, à une époque où l'art de voûter les édifices est encore imparfaitement connu des constructeurs normands et où la décoration sculptée reste assez primitive.
A Creully, la grande salle basse, qui forme aujour­d'hui les caves du château, est une construction grandiose du XIIe siècle. Les Normands savent alors couvrir leurs édi­fices de puissantes voûtes d'ogives, comme celles qui ont été ajoutées après coup sur la nef dans les églises de Saint-Etienne et de la Trinité à Caen; mais l'architecture et la décoration restent par ailleurs entièrement romanes, celle-ci devenant, au reste, plus riche qu'à l'époque précédente et se caractérisant, en particulier, par l'emploi des chapiteaux à godrons ou à entrelacs.
Il y a ainsi à Creully deux salles se faisant suite, couvertes de quatre et de cinq puissantes croisées d'ogives sur plan barlong. Ces salles sont en con­trebas par rapport au sol actuel, à l'intérieur de l'enceinte du château, mais elles dominent à l'extérieur de très haut la vallée de la Seulles, vers laquelle elles s'ouvrent, à tra­vers le mur de l'enceinte, par une série de fenêtres enca­drées de colonnes à chapiteaux godronnés et pourvues laté­ralement de bancs ou l'on pouvait s'asseoir.
Au château voisin de Fontaine-Henri, il subsiste, sous l'édifice actuel de la Renaissance et dans une situation un peu analogue, une autre salle basse magnifique, également voûtée d'ogives et qui sert, elle aussi, maintenant de cave. Cette salle est un peu plus récente que celle de Creully, et ses voûtes présentent un curieux mélange de fidélité à la tradition locale et de caractères nouveaux attestant l'in­fluence de l'architecture gothique de l'Ile-de-France, telle qu'elle se marque après le milieu du XIIe siècle dans plu­sieurs monuments religieux de Normandie.
Les châteaux de Caen, de Creully et de Fontaine-Henri nous ont ainsi conservé de très belles œuvres d'architecture civile, à trois moments de l'histoire de l'art normand qui ne sont en général connus que par des œuvres d'archi­tecture religieuse. Et parmi ces trois œuvres, la grande salle basse de Creully est un monument remarquable de l'épo­que, encore mal connue, où les architectes normands se sont montrés particulièrement originaux en inventant, sans doute, et en employant sur de larges espaces la voûte sur croisée d'ogives, avant d'avoir encore subi l'influence artis­tique de l'Ile-de-France.