dimanche 30 août 2015

vendredi 21 août 2015

Jérôme, carrier aux carrières d'Orival près de Creully

 
Près de Creully, non loin de la Seulles, sur le territoire d’Amblie, se trouve une carrière de pierre dont l’exploitation est toujours présente. Cette pierre dite d’Orival a toujours été utilisé pour la construction  (même en Angleterre) et la sculpture. Fils d'un des carriers Franck a retrouvé une feuille de paie de son père (1969). La voici ci-dessous.
 
 

mercredi 19 août 2015

LE BAILE DU CHATEAU DE CREULLY


LE BAILE DU CHATEAU DE CREULLY
Notice de M. le Chanoine Hergas paru dans un journal paroissial de Creully
  La place de Creully n'avait pas l'aspect qu'elle a maintenant, m'a dit plus d'une fois mon père. Au lieu des maisons qui en constituent actuellement le fond, sélevait un grand mur ; derrière ce mur était une terrasse plantée de tilleuls ; entre la terrasse et les fossés du château s'éten­dait un cimetière.
Les souvenirs du père de Monsieur Alix Marie semblent contredire ceux de mon père, alors que vraisemblablement ils les complètent ; lui a vu un petit mur à hauteur d'appui en réalité les deux murs existaient et bordaient un large fossé, le petit mur du côté de la place, le grand mur du côté du château ; et ce grand mur n'était autre que le mur du baile.


Qu’est-ce donc qu'un baile ?
C'est une enceinte fortifiée qui s’étendait au-devant ou tout autour de l'enceinte princi­pale. Tout château-fort de quelque importance avait son baile. C’était là que venaient se réfugier en cas d'alerte les habitants du voisinage.

Car il serait injuste de juger la féodalité uniquement d'après ses excès, Quand elle se constitua au Xème siècle, elle répondait à une véritable nécessité politique et sociale. Le château-fort fut avant tout le refuge et l'abri des faibles, et, comme l'a dit Fustel de Coulanges, le baron féodal était alors « le seul défenseur le seul espoir des hommes ».

Le château de Creully avait donc un baile, et l'importance de ce baile montre que le bourg devait avoir une population assez considérable. (Vers 1840, Creully comptait 1.500 habitants).

La face sud subsiste seule. Elle borde, vers le milieu de la côte, la route qui monte de la vallée jusqu'à l'église. On voit d'abord une grande tour, puis un mur élevé dont la pre­mière moitié est renforcée par de gros contreforts ; l'extrémité s'orne d'une échauguette assez récente.

A partir de cette échauguette commençait la face est. C'était le grand, mur, dont nous avons parlé et qui n'a été démoli qu’entre 1837 et 1839, lorsque Monsieur de Marguerye, propriétaire du château, vendit en sept lots les ter­rains de l'ancien cimetière, avec charge de construire les maisons sur un plan uniforme et de mettre un fronton à celle du milieu.

Jusqu’où s'étendait le baile ? Se reliait-il directement à l'angle nord-est du château ou en couvrait-il également la face nord ? Cette dernière hypothèse est probable, puisque, en creusant une tranchée pour conduire les eaux du bourg jusqu'à la Seulles, on a trouvé de çi de là les fondations d'un mur, qui avaient au moins un mètre d'épaisseur.

Ainsi, le baile aurait couvert trois des faces du château. Pour que son enceinte fût concentrique à l'enceinte princi­pale, elle aurait dû exister également sur la face ouest, du côté de la vallée. Or, de ce côté, règne un mur assez bas qui borde la route actuelle jusqu'à l'entrée du pont et se prolonge, démoli aux trois quarts, jusque vers l'angle nord- ouest du château.

Etant donné que le niveau de la route a été relevé lorsqu’ont été construits le bief et le moulin, on peut se demander si la moitié de ce mur n'est pas cachée par le remblai. Si mon hypothèse était vérifiée, il partirait du niveau même de la vallée et aurait plongé sans nul doute dans un fossé, alimenté par une dérivation de la rivière. Dans ce cas, le baile aurait entouré complètement le château et celui-ci aurait présenté sur cette face trois ordres de dé­fense superposés:
-1° le fossé et cette première muraille;
-2° les remparts mêmes du château;
-3° le donjon carré, dont deux étages s'élevaient au-dessus de la terrasse.

Ce ne sont que des hypothèses; la dernière même, je l'avoue, est un peu osée, mais qui sait ?... Le vieux château de Creully est loin d'avoir livré tous ses secrets, et ses amis doivent souhaiter que quelque archéologue éminent soit ame­né à y faire de sérieuses recherches.
 
Baile, BayleBAILE1, BAYLE1, subst. masc.
  Fortification. Au Moyen Âge, terrain clos par le (ou les) mur(s) d'enceinte d'un château, d'une forteresse

mardi 11 août 2015

creully - Les vitraux du chevet de l'église

La fenêtre ogivale du chevet de l'église avait été murée afin de permettre la construction d'un immense autel en bois avec un rétable garni de modillons et surmonté d'une gloire dorée.
A partir de 1865, sous la direction de M. Cottun, commença la restauration de l'église. Ainsi, grâce à des dons de particuliers, un autel allant très bien avec le choeur fut construit à la place de l'immense construction en bois. Il fallut réouvrir la fenêtre de chevet et retrouver les ammorces de meneaux supprimés.
Les vitraux du chevet furent commandés à un maître verrier de Toulouse: Louis Victor Gesta.
Trois Saints sont représentés:
Saint Martin (Sanctus Martinus), seul Saint de l'église avant la révolution.
Sainte Marguerite ( Sancta Margarita); la chapelle du château de Creullet était sous l'invocation de cette Sainte.
et Saint Clair (Sanctus Clarus) Saint patron de la localité qui était fêté en juillet.



Représentation de St Martin sur le porche d'entrée de l'église













Statue de Sainte Marguerite qui se trouvait dans la chapelle de Creullet.









Saint Martin, (316-397) né en Pannonie, suivit en Italie son père, qui était tribun militaire au service de Rome. Bien qu'élevé dans le paganisme, il en méprisait le culte, et comme s'il eût été naturellement chrétien, il ne se plaisait que dans l'assemblée des fidèles, où il se rendait souvent malgré l'opposition de sa famille.
Dès l'âge de quinze ans, il fut enrôlé de force dans les armées romaines, et alla servir dans les Gaules, pays prédestiné qu'il devait évangéliser un jour. Que deviendra cet enfant dans la licence des camps? Sa foi n'y va-t-elle pas sombrer? Non, car Dieu veille sur ce vase d'élection.
Le fait le plus célèbre de cette époque de sa vie, c'est la rencontre d'un pauvre grelottant de froid, presque nu, par un hiver rigoureux. Martin n'a pas une obole; mais il se rappelle la parole de l'Évangile: J'étais nu, et vous M'avez couvert. "Mon ami, dit-il, je n'ai que mes armes et mes vêtements." Et en même temps, taillant avec son épée son manteau en deux parts, il en donna une au mendiant. La nuit suivante il vit en songe Jésus-Christ vêtu de cette moitié de manteau et disant à Ses Anges: "C'est Martin, encore simple catéchumène, qui M'a ainsi couvert." Peu de temps après il recevait le Baptême. Charité, désintéressement, pureté, bravoure, telle fut, en peu de mots, la vie de Martin sous les drapeaux. Il obtint son congé à l'âge d'environ vingt ans.
La Providence le conduisit bientôt près de
saint Hilaire, évêque de Poitiers. Après avoir converti sa mère et donné des preuves éclatantes de son attachement à la foi de Nicée, il fonda près de Poitiers, le célèbre monastère de Ligugé, le premier des Gaules. L'éclat de sa sainteté et de ses miracles le fit élever sur le siège de Tours, malgré sa vive résistance. Sa vie ne fut plus qu'une suite de prodiges et de travaux apostoliques.
Sa puissance sur les démons était extraordinaire. Il porta à l'idolâtrie des coups dont elle ne se releva pas. Après avoir visité et renouvelé son diocèse, l'homme de Dieu se sentit pressé d'étendre au dehors ses courses et ses travaux. Vêtu d'une pauvre tunique et d'un grossier manteau, assis sur un âne, accompagné de quelques religieux, le voilà qui part en pauvre missionnaire pour évangéliser les campagnes. Il parcourt presque toutes les provinces gauloises: ni les montagnes, ni les fleuves, ni les dangers d'aucune sorte ne l'arrêtent; partout sa marche est victorieuse, et il mérite par excellence le nom de Lumière et d'Apôtre des Gaules.


Sainte Marine d’Antioche que les latins appellent Sainte Marguerite, doit sa célébrité à une légende très populaire dont la valeur historique peut être fort contestée.
Sa vie a été placée la scène sous le règne de Dioclétien (284-305), dit que Marine ou Marguerite, fille d’Aedésius, prêtre païen d’Antioche, se convertit au christianisme. Chassée par son père, elle retourne chez sa nourrice où elle garde les troupeaux.
Elle a quinze ans quand elle est remarquée par le préfet Olybrius qui lui propose de l’épouser, ce qu’elle refuse en se proclamant chrétienne. Le préfet la fait emprisonner et la convoque deux jours plus tard devant son tribunal. Après de longues discussions, Olybrius ordonne qu’on la fouette et qu’on lui déchire les flancs avec des ongles de fer, puis la fait reconduire en prison. Le diable lui apparaît alors sous la forme d’un dragon qu’elle le chasse par un signe de croix. Satan revient sous l’aspect d’un homme tout velu, mais n’a pas plus de succès. Dans une lumière divine, lui apparaît alors une croix sur laquelle une colombe vient se poser ; cette vision lui donne la force de soutenir de nouveaux combats. Le lendemain, après une série de discours, on lui applique des torches ardentes qui ne lui font aucun mal, puis on la jette dans une chaudière d’huile bouillante d’où elle sort indemne. Par une exhortation, elle convertit une multitude d’assistants qui sont aussitôt décapités. La décapitation met fin aux longs supplices de Marguerite.

Saint Clair: Prêtre bénédictin et martyr né en 845 à Olchestria (Angleterre) qui deviendra ROCHESTER (Kent), Guillaume (William) dont le père Edouard (Edward) tenait à la cour le second rang après le roi d'Angleterre et la mère (dont on ignore le nom) lui inculqua une éducation religieuse qui fut à la base de se consacrer à Dieu, fit d'excellentes études où il connu comme compagnon Alford (Saint Cyrin).Fils unique, jeune, beau et riche, il devint rapidement un excellent parti pour les seigneurs anglais, qui le désiraient comme gendre. Une jeune fille noble et très vertueuse fut promise à Guillaume sans que celui ci ne le sache. Edouard organisa donc des fiançailles sans en parler à son fils ( La "fiancée" de Guillaume continuera de le poursuivre de ses instances jusqu'en France et lui enverra des émissaires pour l'assassiner). Mais Dieu fit entendre à son serviteur une voix qui lui disait "William, William, sors de ton pays et va en Neustrie pour y être tout à moi" . William (qui ne voulait pas se marier) s'enfuit avec Alford sans prévenir leurs familles. Ils débarquèrent à Cherbourg en 866 ou 867. Pour échapper la poursuite de sa famille, de ses proches et de sa "fiancée", William changea son nom en celui de Clair, de même Alford se renomma Cyrin (noms plus conforme à leur pays de refuge). S'enfonçant dans la forêt, les deux compagnons s'établirent à Nacqueville. Un serviteur des deux ermites s'étant blessé en coupant du bois, Clair le guérit par ses prières. Craignant alors une trop grande notoriété par ce miracle accomplit il partit avec Cyrin en l'abbaye de Malduin (Maudin) sous la protection de l'abbé Odobert. Le vénérable abbé admirant la sainteté de son disciple, le décida à recevoir les Saints Ordres. L'humble ermite y consentit par obéissance et fut ordonné prêtre à Coutances par l'évêque Séginand.Un jour un seigneur présenta au moine un de ses fils possédé par le démon, Clair se mit en prière et chassa le démon du corps du jeune homme. Peu de temps après, une veuve sans ressources perdit un fils que Saint Clair ramena à la vie. Un jour une femme riche et puissante, dont on ne connaît pas le nom, a jeté son dévolu sur ce beau jeune moine mais Saint Clair qui avait deviné ses intentions le lui reprocha et en référa à l'abbé Odobert qui lui conseilla la fuite. Après une longue errance de plus de 12 ans en Neustrie Clair arrive à Vulcassum (Saint Clair sur Epte) où il édifie son ermitage, il y rencontre moult gens qui viennent même de très loin pour le voir. Seulement l'implacable dame, frustrée dans ses désirs, ne l'avait pas oublié. Les deux hommes envoyés en Neustrie le poursuivaient inlassablement. En passant à Vulcassum, voyant un homme en prières, ils lui demandèrent: "Toi, connais tu un nommé Clair", "Non" répondit il dans un premier mouvement de frayeur. Ils continuèrent donc leur chemin, mais Clair s'étant ressaisi et croyant avoir commis une grosse faute en cachant la vérité les appela : "Clair, c'est moi". Alors, se mettant à genoux et leur présentant sa tête il ajouta: "Périsse ce corps qui peut être l'objet d'un amour criminel"...Puis l'un de ses bourreaux lui trancha la tête. C'était le 4 novembre 884 Clair était âgé de 39 ans.S'accomplit alors un miracle qui mit les meurtriers en fuite, Clair prenant sa tête à deux mains alla la plonger dans l'eau de la fontaine, puis il se rendit à son oratoire. De là il alla à l'église et se couchant à gauche de l'autel y marqua ainsi le lieu de sa sépulture. Saint cyrin aurait subit le même sort que son maître.
Cet article a été réalisé grace aux documents d'archives et internet sur les sites ci-dessous.
http://www.magnificat.ca/cal/fran/11-11.htm
http://missel.free.fr/Sanctoral/07/20.php
http://www.saintclairsurepte.com

vendredi 7 août 2015

Creully - 1924 - Au Palais de justice de Caen: incendiaire ou non?

Jules Lechevrier avait été employé pendant plusieurs mois à la laiterie Paillaud à Creully.

Renvoyé par la direction de cet établissement il essaya quelque temps après, d’être réintégré dans son emploi. Ses démarches demeurèrent infructueuses. Furieux de n’avoir pu obtenir satisfaction, Lechevrier proféra, en sortant du bureau, des menaces exprimées à demi-mot.
On ne s’émut nullement de ses propos.
L’employé vindicatif était cependant bien résolu à se venger de ses anciens maîtres.
Dans la nuit du 21 juillet 1924 dernier, un bâtiment dépendant de la laiterie fut détruit par un incendie et les dégâts s’élevaient à la somme de 70 000 francs.
Le sinistre s’était déclaré dans un grenier à foin, et il était difficile de l’attribuer à une cause accidentelle. L’enquête ouverte par la gendarmerie ne tarda pas à faire connaître la culpabilité de Lechevrier.
Il fut établi que l’accusé avait réussi, à la tombée de la nuit, à s’introduire dans le grenier situé au dessus d’une porcherie.
Lorsque l’un des gardiens, M. Laurent, aperçut les flammes, donna l’alerte, Lechevrier fut rencontré par les époux Amar, à une faible distance de l’immeuble incendié. Il marchait à reculons et suivait des yeux les progrès de l’incendie.
On l’invita à se joindre au personnel pour combattre les ravages du feu. Lechevrier balbutia quelques paroles inintelligibles et s’éloigna rapidement.
Le matin vers cinq heures, poussé par l’une de ces hantises qui ramènent souvent les criminels sur le théâtre de leurs exploits, l’incendiaire rôdait, silencieux, autour de la laiterie.
Aux gendarmes qui l’appréhendèrent, il déclara après bien des réticences, qu’il avait effectivement passé une partie de la nuit dans le grenier à foin d’où étaient parties les premières étincelles.
Il ajouta qu’ayant cherché un endroit pour s’étendre, il avait enflammé une allumette qui, en tombant, mit le feu aux bottes de foin mais que l’incendie était dû à une simple imprudence de sa part.
Dans un nouvel interrogatoire, Lechevrier désigna comme l’auteur probable du sinistre un employé de la laiterie Paillaud.
Malgré les charges accablantes réunies contre lui, l’accusé s’est constamment refusé à faire l’aveu de sa culpabilité.
Lechevrier n’a pas d’antécédents judiciaires et les renseignements recueillis sur son compte ne sont pas défavorables.
Au cours de son interrogatoire, l’accusé maintient son système de défense. Les témoins entendus n’ont apporté aucun fait nouveau.
Après le réquisitoire de Maître Lecoufle et une brillante plaidoirie de Maître Chauveau, le jury rapporte un verdict négatif et la Cour acquitte Lechevrier.
(Le nom de l'accusé a été changé)

C'est certainement dans ce bâtiment que l'incendie se déclara.

mardi 4 août 2015

Creully - Jour de louerie (la louée)

Ce « marché aux domestiques » a été, et est resté une coutume essentiellement normande. Sa signification, à laquelle on ne pense guère, est riche d'enseignements, non seulement sur les coutumes normandes de tous temps, mais encore sur le caractère de nos compatriotes, au cours des siècles passés. C'est, en effet, parce que deux cents ans avant les autres provinces de France, les Normands avaient obtenu l'abolition du servage (dès le XIe siècle) qu'ils purent s'engager librement, et pour une durée qui était fixée au gré des parties. C'est ainsi qu'à côté de quelques rares engagements perpétuels (surtout avec certaines communautés), et d'engagements pour une ou plusieurs années, nos ancêtres, dès le xie siècle, eurent la possibilité de se louer pour un temps déterminé : les labours, le fauchage, le sciage de tant d'arbres, etc..., et enfin, même à la journée. Ils pouvaient, également, se louer seuls, ou encore avec leurs familles (femme et enfants), ou louer l'un des leurs.Un cartulaire des religieux de Saint-Martin signale qu'en 1258 certains de leurs domestiques étaient payés, pour une année, 30 livres parisis.
En 1388, le chanoine de Mondaye écrit : « que l'on ne peut louer serviteurs pour cultiver et labourer les terres, que ne semble gaigner plus que six serviteurs ne faisaient au commencement du siècle » (donc, vers 1300 ; déjà !)
A partir du xve, la louerie pour une année devint la plus habituelle.
Les loueries avaient lieu surtout le 24 juin ou le 17 juillet, à la Saint-Jean ou à la Saint-Clair ; dans certaines régions, il y en avait, aussi, à la Madeleine, à la Saint-Jacques, etc...
En maintes régions, les valets de ferme, les commis de ferme, les servantes, cherchant une place, étaient réunis dans une prairie, parés de leurs atours du dimanche. A Coutances, la louerie avait lieu auprès de la halle aux grains.

Les servantes avaient un « bouquet » épinglé sur le côté gauche du corsage ; les fileuses, une quenouille à la main ; les valets-charretiers extériorisaient leur fonction principale par un fouet sur l'épaule ; les bergers, par un chien tenu en laisse ; les batteurs, par un fléau sur l'épaule.
Maîtres et maîtresses se promenaient de groupes en groupes, en examinant les domestiques. Quand ils en avaient trouvé un qui leur plaisait, ils s'approchaient et prononçaient la phrase sacramentelle : « Combien le fouet ?» ou, pour une servante : «combien le bouquet ?» L'inté­ressé ayant dit son prix, le maître lui demandait alors d'où il sortait, et ce qu'il savait faire (comme dit la vieille Frasie, avec sa langue d'empigne : « Ché terjours cht'eu joû là qui en savent fair l'pus »),
Vice-versa, ayant répondu, le domestique, à son tour, se renseignait sur ce qu'il aurait à faire comme travail chez son futur maître. Puis, le prix demandé était débattu ; le domestique s'engageait pour une année moyennant un certain nombre de pistoles (une pistole = 10 fr.), et, souvent, le don d'une blouse et d'une ou deux paires de sabots. Vers 1900, un bon valet était payé environ 40 pistoles pour une année,
Les conditions ayant été arrêtées, le fermier et le domestique se frappaient dans les mains ; et cet engagement verbal était respecté, dans l'immense majorité des cas.
Tout ayant été ainsi arrêté, le maître avait encore à donner, et de suite, « le vin » qui s'élevait à 5 fr. pour les débutants, et à une pistole pour les domestiques adultes.
Quand un valet avait ainsi conclu un engagement, il enlevait le fouet qui entourait son cou ; de même, la servante engagée déplaçait son bouquet et le mettait sur le côté droit.
La louée (louerie) qui, généralement, était terminée pour 10 heures, finissait par des libations dans les auberges, ou sous de longues tentes, dressées pour la circonstance Au temps jadis, on y servait, dans des godias, du cidre à l'aide des « puchi » fabriqués spécialement pour ce service lors des assemblées et des foires, parce qu'ils versaient le cidre plus vite que les bouteilles ou les choquets.


Les domestiques loués à la Saint-Jean (24 juin) entraient en fonction à la Saint-Clair (17 juillet) ; et ceux qui étaient loués à la Saint-Clair commençaient leur service quelques jours plus tard.
Ils apportaient dans leur nouvelle place leurs hardes et tout leur avoir dans un coffre, ou dans une petite commode-armoire, dite « de domestique.
C’est dans le magnifique ouvrage « la Normandie ancestrale » de Stephen-Chauvet des éditions Colas que j’ai puisé ce texte.

dimanche 2 août 2015

Vous avez dit "COQ" - Ecoutons celui de l'église St Martin de Creully

En ce mois où notre coq de l'église St Martin de Creully a de la visite, sachons qu'un coq peut nous dire pas mal de choses. 
(Des modifications orthographiques n'ont pas été effectuées volontairement)

Le coq de l'église de Creully
Savez-vous qu'être un bon coq c'est être un homme vigoureux en amour ; le con­traire c'est être un coq clair.
Le mieux c'est de devenir un coq en pâte.

C'est du XVe et XVIe siècles que nous viennent les expressions et proverbes suivants:

— Si jà ne chante le coq si vient le jour.

— Petit coq à germe.

— Le coq chante, il nous faut haster.

— Coq chante ou non, viendra le Jour.

— C'est bien sauté du coq à l'âme.

Molière a dit « la poule ne doit pas chan­ter devant le coq ».

Nos anciens pensaient qu'une maison où la femme parle haut et le mari n'a que le droit de se taire, est une maison à l'envers. Ils exprimaient cet avis par :
— Malheureuse maison et méchante. Où coq se tait et poule chante.

Notons également cet écrit de La Fontaine :
Deux coqs vivaient en paix ; une poule survint.
Et voilà la guerre allumée.
— Etre rouge comme un coq est un proverbe bien connu dans notre région.
— Un coq est fort sur son fumier.

Continuons par quelques observations dues à nos aïeux :

— Si le coq chante avant mi
C'est du brouillard ou de la pluie.
— Si le coq chante avant minuit.
Le loup-garou prend peur et fuit.
— Si le coq de ton courtil,
A manger du pain bénit.
Prends garde, il devient méchant
Et crève tes yeux des enfants.

— Si vous entendez un soir le coq chanter,
C'est signe de pluie
.
— Quand le coq chante à la veillée,
II a déjà la queue mouillée.
— Si au milieu de la nuit, le coq chante
Il annonce du brouillard pour le matin.

— Quand les coqs perdent leurs plu­mes en été.
C'est qu'on aura un automne beau et long.