mardi 22 septembre 2015

1859 - Quand un égyptologue photographie Creully

Fils du lithographe romantique Achille Devéria et neveu du peintre Eugène Devéria, Théodule Devéria était familier de la photographie, que son père collectionnait, et il rencontra sa vocation d'égyptologue en conversant avec Émile Prisse d'Avesnes, dont son père peignait le portrait. Il entra comme conservateur au département des Antiquités égyptiennes du Louvre en 1855, et ses photographies datent d'un voyage en Égypte entrepris avec Auguste Mariette en décembre 1858. Il assista le célèbre découvreur du Serapeum de Memphis dans ses fouilles durant toute l'année 1859 et réalisa un certain nombre de vues des statues grecques mises au jour à cette occasion.
Son œuvre, tout entière au calotype, est un peu desservie par une maîtrise technique insuffisante (on voit des taches sur les négatifs) mais, si l'on veut juger les images en elles-mêmes, elles sont d'une grande sensibilité (l'héritage familial a dû laisser des traces chez le savant). Les thèmes abordés ne sont pas seulement ceux que l'on attendrait d'un égyptologue. Portraits et paysages enrichissent un portefeuille où prédominent évidemment les monuments, inscriptions et sculptures. L'ensemble est encore peu connu, mais d'une intéressante variété, d'une heureuse originalité, parmi le corpus des calotypistes archéologues des années 1850. Il est assez proche par certains aspects de l'œuvre photographique de Bartholdi.
Les trois photos prises par Théodule Devéria en 1859 à Creully.