mardi 11 avril 2017

Une peinture de l'église de Creully n'est plus mystérieuse.

La peinture à droite de l'autel dans le tombeau d'Antoine de Sillans III

                Cette peinture représente un thème très courant dans la peinture religieuse européenne depuis le XVIIe siècle. Il s’agit de la remise du scapulaire à saint Jean de la Croix par Notre-Dame du Carmel. Notre-Dame du Carmel est ici assise, alors qu’habituellement elle est debout. Elle tient l’Enfant-Jésus avec un de ses bras. De l’autre main, elle tend à saint Jean de la Croix (de dos) le scapulaire, symbole de la protection mariale de l’ordre du Carmel. Sainte Thérèse d’Avila est à genou à la droite de la Vierge. Cette toile ne doit pas étonner dans une église de la campagne normande, car la dévotion à Notre-Dame du Mont-Carmel et au scapulaire ont été popularisés en France par l’arrivée des premiers Carmes déchaux au XVIe s. La forme de la toile semble indiquée qu’elle fut incluse dans un lambris, peut-être un retable d’autel secondaire. La préparation blanche qui apparait là où la peinture est partie et le style du tableau laissent supposer à un tableau du XIXe siècle.
Peinture au sein d'un autel (abbaye de Juaye-Mondaye)
Lors de la restauration commencée en 1865, on construisit un autel en pierre en rapport avec le chœur, et par la suite supprimer l'immense construction en bois qui en tenait lieu et où se trouvait la peinture ci-dessus. Il fallut alors rouvrir la fenêtre du chevet, et pour cela retrouver l'amorce des meneaux supprimés.